Toujours à Bilbao au Guggenheim, cette oeuvre évolutive fait partie de l'exposition d' Anish Kapoor. Il recourt aux matériaux très tactiles : ici, il s'agit d'une cire au pigment rouge sang (j'ai touché, OH sacrilège !!! mais je n'ai pas pu m'en empêcher) qui est projetée à coups de canon-compresseur à intervalles réguliers...
Selon l'artiste, "le matériel conduit toujours à l'immatériel".
En effet, la situation évolue...jusqu'à l'auto-génération de l'oeuvre. Voilà, l' oeuvre se passe (en apparence) de l'artiste si j'ai tout compris... Le musée est donc parfois secoué de violentes explosions, le temps d'un tir de cire !!!

anishkapoor1