Toujours du blanc mais aujourd'hui, nous ne sommes plus "givrés" plutôt "badigeonnés"...

Vive la peinture, projetée sur les parpaings, des mètres carrés de parpaings bruts et très assoiffés qui absorbent et absorbent encore des litres de badigeon blanc. Résultat: un week-end barbouillé de peinture... BLANCHE. En même temps, mieux vaut du blanc que de la couleur: on a l'impression d'être moins sale à la fin... 

Bref, un des premiers épisodes d'une saga probablement fatigante mais intéressante qui verra son épilogue courant janvier et dont je vous reparlerai bientôt car il y a du déménagement dans l'air...   

peinture